Mots-clés

Autres Articles

Ordre et désordre, marginalité et marginalisation

Rédigé pour le colloque organisé par la Fondation Mémoire des sexualités sur le thème Morale et (...)

Le grand renfermement vu à travers le refuge de Marseille

Article paru dans la revue scientifique Provence Historique, tome 32, 1982 (...)

Les prostituées devant les tribunaux au XVIIIè siècle

Article paru dans la revue Marseille, la revue culturelle de la Ville de Marseille‚ mars (...)

Les espaces de prostitution à Marseille au XVIIIè siècle.

Article paru dans les Actes du colloque Marseillaises organisé par l’Association Les Femmes et la (...)

“ Belsunce ” à Marseille : un quartier de prostitution ?

Rédigé pour le colloque " Belsunce au féminin" organisé par l’Association les Femmes et la Ville à (...)

Archives :

1776 : les clients vus par les médecins

Lettre de Jean-Baptiste Semezies, maître en chirurgie, à l’Intendant du Roi de la Tour pour demander l’ouverture d’un service hospitalier pour les vénériennes. 4 avril 1776.

Lettre de Jean-Baptiste Semezies, maître en chirurgie, 4 avril 1776.

“ Plus cet établissement l’hôpital des vénériens est grand et utile, et plus il est urgent de l’étendre aux autres villes du royaume, et surtout à celles qu’un ciel plus chaud où les circonstances particulières exposant le plus au fléau qui détruit le genre humain dans son principe, Marseille mérite une attention singulière. Son port consi-dérable voit un nombre infini de marins courir en atteignant le rivage vers des plaisirs dont leurs devoirs les ont privés longtemps ; un instinct brûlant cherche en eux une volupté funeste, et bientôt il se fait une réaction continuelle d’une contagion dévorante, soit entre ceux qui arrivent, soit entre ceux qui repartent, de sorte qu’une patrie souffre, languit et meurt sur mer, et l’autre porte dans nos colonies le poison qu’elle a pompé. D’un autre côté, les ouvriers, les soldats et les recrues qui sont à Marseille reçoivent des femmes publiques cette contagion successive. Ces deux classes, faute de moyens pour subvenir aux frais d’une cure ordinaire périssent en multipliant les victimes même qui en font d’autres. Il est encore une observation très importante à faire ; c’est pourquoi Marseille, quoique ville de garnison, n’a point d’hôpital pour le mal vénérien. ”

Jean-Baptiste Semezies

mardi 25 avril 2006, par Annick Riani